JLB : matériaux d'empreintes dentaires type alginates de classe A. Technique simple précise, rapide et économique
Accueil Description Gamme Conseils Mode d’emploi Bibliographie


Contact
Gamme Alginates spéciaux Rose minute Orange monophase & Violet light Viscosités Les inlays simples Les contres-inlays Les inlays-core Implants Couronnes & Bridges 1 Couronnes & Bridges 2 Couronnes & Bridges 3 Prothèse complète
Commande
Conseiller ce site
  english version

 

 

  Accueil > Conseils > Mouiller les poudres

Mouiller les poudres

« Mouiller les poudres » ... suffisamment.

Le mécanisme est simple, mais difficile à expliquer. Voyons le premier acte :

Acte 1 :

Le graphe montre trois degrés de saturation d’une poudre par un liquide : par exemple, alginate + eau. A l’état capillaire (c), la poudre est saturée en eau. L’eau occupe tout l’espace situé entre les grains. Elle exerce une force de traction considérable entre ces grains. Cette force d’adhérence est connue sous le nom de capillarité. La cohésion du matériau n’est donc assurée que s’il y a assez d’eau.

Si la poudre n’est pas saturée en eau, ou l’eau mal répartie dans la poudre, alors subsiste du vide entre les grains et une absence de cohésion. D’après le graphe (a), le dosage eau /poudre est trop pauvre en eau : il y a des bulles d’air. D’après le graphe (b), l’eau est mal répartie dans la poudre : il y a aussi des bulles d’air.

Cette modélisation montre en somme, que l’eau chasse l’air. On pourrait dire que c’est le principe d’Archimède appliqué à la capillarité.

Etat d’adhérence d’un liquide dans une poudre
(a) Stade pendulaire
(b) Stade funiculaire
(c) Stade capillaire. H. Schubert

Acte 2 :

Supposons quand même que le dosage alginate + eau est pauvre en eau (pâte épaisse), mais qu’un malaxage mécanique puissant, sous vide ou par centrifugation, a bien réparti le peu d’eau entre tous les grains. La cohésion du matériau sera quand même mal assurée parce que la pression capillaire est une fonction de la saturation en eau.

La pression capillaire Pk, est une fonction de la saturation du liquide. H. Schubert

Acte 3 :

Dans une prise d’empreinte, la pâte s’étale sur des surfaces qui vont opposer des forces de frottement. Cet étalement sollicite la décohésion du matériau. Alors, c’est la bulle. Le mélange eau + poudre est plus facile à consistance « soft », la pâte s’étale mieux, l’empreinte est plus nette et le matériau reste largement assez résistant.
Voyez-vous mieux l’intérêt de saturer en eau.

Photo Dr. Thierry Caire - 29.7 ko

Photo Dr. Thierry Caire

 
PixelsMill, des sites internet graphiques conçus pour être mis à jour. Accueil   ::   Description   ::   Gamme   ::   Conseils   ::   Mode d’emploi   ::   Bibliographie