JLB : matériaux d'empreintes dentaires type alginates de classe A. Technique simple précise, rapide et économique
Accueil Description Gamme Conseils Mode d’emploi Bibliographie


Contact
Gamme Alginates spéciaux Rose minute Orange monophase & Violet light Viscosités Les inlays simples Les contres-inlays Les inlays-core Implants Couronnes & Bridges 1 Couronnes & Bridges 2 Couronnes & Bridges 3 Prothèse complète
Commande
Conseiller ce site
  english version

 

 

  Accueil > Conseils > Affinité et antagonisme des matériaux...

Affinité et antagonisme des matériaux de réplique

« pourquoi choisir un plâtre de modèle »

Résumé :
Le contact de deux matériaux de réplique - une pâte à empreinte et son plâtre de modèle - engendre toujours un ensemble de forces d’attraction et de répulsion, liées à l’énergie de surface de ces matériaux.
Ce que l’on sait moins, est que ces forces sont capables de produire, uniquement par l’effet mécanique du contact, des déformations du die plus ou moins grandes, selon l’intensité. Par ailleurs, ces forces peuvent être extrêmement puissantes.

Réalisation et photos Dr. Thierry Caire - 30.3 ko

Réalisation et photos Dr. Thierry Caire

« La nature de ces forces est la même que celle qui s’exerce entre les atomes, les molécules et les ions »... « Dans le cas de particules en suspension » - ce qui est le cas des matériaux de réplique - « il s’agit presque toujours de répulsion, mais ces forces peuvent être manipulées »
Interparticle forces in colloid science. J.Th.G.Overbeek. University of Utrecht. The Netherlands. European Federation of Chemical Engineering. Series N° 28.

L’attraction peut l’emporter par la présence des phénomènes capillaires toujours présents ; et aussi par la présence d’une tension interfaciale liée à l’eau. Dans ce cas, le die a des chances d’être fidèle.

Dans quelques cas, où la répulsion est trop forte, le die sera cliniquement inexploitable, même si l’empreinte est fidèle.
Il en résulte des intrados de prothèse non adaptés (ovalisés), des armatures qui ne rentrent pas, de la surocclusion, et une incompréhension totale avec le prothésiste, qui ne comprend pas lui non plus, la cause des échecs.

Billes de mercure - 19.5 ko

Billes de mercure

L’exemple extrême d’une force mécanique de répulsion, est donné dans cette photo : la goutte de mercure semble expulsée de la lamelle de verre, qu’elle ne mouille quasiment pas. L’étalement de la goutte de mercure ne se fait pas, parce que le mercure développe une énergie de surface beaucoup plus importante que celle de la lamelle : la force de répulsion est presque aussi importante que le propre poids de la goutte de mercure, qui est pourtant à densité 13.6. Il est évident qu’un matériau d’énergie égale, ou même moindre, serait totalement impropre comme matériau de réplique.

Gouttes d’eau - 29.3 ko

Gouttes d’eau

Dans le cas de la deuxième photo, la goutte d’eau ne pénètre pas les fibres textiles du vêtement de pluie, parce que l’énergie de surface de ces fibres est trop faible.

En résumé, ce sont les matériaux d’énergie de surface la plus élevée, sur lesquels les autres s’étalent le mieux. Il en est de même dans les couples de matériaux de réplique.
En première conclusion, il est difficile de recommander l’emploi d’une pâte à empreinte, sans indiquer quels plâtres peuvent être employés pour la coulée du modèle. Les plâtres sont, en effet, les matériaux de choix, de préférence à d’autres ; mais leur affinité avec une même pâte à empreinte varie considérablement selon les marques.

Tous les matériaux de réplique, élastomères, alginates, hydrocolloides, plâtres, cires, résines revêtements réfractaires, sont soumis à ces forces.
Cependant, la distinction doit être faite entre les matériaux aqueux et non aqueux.
Le contact de deux matériaux aqueux - par exemple, alginate avec un plâtre de modèle - produit naturellement une force d’attraction puissante. Cette attraction est liée à l’eau contenue dans chacun des deux matériaux. A l’interface entre l’alginate et sa réplique en plâtre, l’eau est un dipôle avec deux extrêmités électriquement différentes qui se font face, agissant grossièrement comme autant de petits aimants pour renforcer le contact entre les matériaux. Cette attraction interfaciale est connue et représente un phénomène physique encore différent de ceux abordés plus haut.
C’est certainement la raison pour laquelle un bon alginate, fonctionne aussi bien en dentisterie.
Dans le cas d’un contact de deux matériaux non aqueux - par exemple, élastomère + plâtre de modèle - cette attraction interfaciale liée à l’eau, n’existe pas. C’est pourquoi, l’introduction de particules polarisées dans les compositions de silicones en particulier, est parvenu à compenser artificiellement cet inconvénient. Remarquons au passage que le terme hydrophile, appliqué à ces compositions de silicones, est complètement impropre.

Pour la première fois, les distorsions liées au contact entre quelques couples de matériaux, ont été quantifiées dans la publication :
« Affinité et antagonisme des matériaux de réplique ». T.G. Mathia, Directeur de recherches au CNRS. Ecole Centrale de Lyon. Dr. J.L. Brugirard. Journal de Biomatériaux Dentaires. Vol. 1. n°4.
Cette étude a montré que différentes marques de plâtres issues d’empreintes d’un même alginate, produisaient des modèles de fidélité très différente.
L’étude a donné lieu à la révision des normes NF sur les pâtes à empreintes, qui a été publiée en Juin 1988.

D’une part, la compréhension de ces interactions a permis d’optimiser les alginates JLB dans leurs compositions et leur distribution de granulométrie.
D’autre part, il est évident que le praticien et le prothésiste, devraient choisir un plâtre de modèle qui présente une affinité suffisante avec une pâte à empreinte : le critère minimum est celui d’une composition de plâtre de tension superficielle plus basse que celle de la pâte à empreinte Encore faudrait-il que le fabricant de pâte à empreinte indique lesquels.
En ce qui concerne les empreintes JLB, nous recommandons, faute d’études plus avancées, les plâtres Vel Mix Stone, et Fuji Roc GC.

 
PixelsMill, des sites internet graphiques conçus pour être mis à jour. Accueil   ::   Description   ::   Gamme   ::   Conseils   ::   Mode d’emploi   ::   Bibliographie